17/04/2014

SMIC t’es amer !

Plus on lui en donne plus il en demande !

Je veux évidemment parler de Monsieur Gattaz qui non content d’être le seul gagnant du pacte de responsabilité et de solidarité, montre qu’il est à la fois irresponsable et égoïste.

 

En effet en proposant de créer un sous-SMIC, il fait dans la provocation au moment où il aurait fallu faire preuve de compréhension. Il pousse encore plus loin son avantage alors qu’il faudrait faire des concessions

Lire la suite

05/04/2014

Notre dame Des Landes : Privés d’aéroport ou aéroport privé ?

Puisqu’ils en remettent une couche, j’en remets une aussi.

 

Après Le Duff qui sort l’arme du chantage au siège social, ce sont d’autres patrons qui se jettent dans la bataille pour sauver Notre-Dame des Landes.

Lire la suite

La magie de la démocratie!

Après une campagne, parfois rude, au sein d'une de ces listes citoyennes, j'ai ressenti le besoin de faire un premier bilan. Je souhaite le partager avec tous ceux qui sur d'autres listes citoyennes ont vécu la même histoire collective pendant quelques semaines pour certains, pendant plusieurs mois pour d'autres

Lire la suite

04/04/2014

NDDL : bonnets rouges ou bonnets dorés ?

Les opposants au projet d’aéroport dans le bocage nantais ont l’habitude de le classer dans la catégorie des grands projets inutiles. Pour l’immense majorité de nos concitoyens c’est vrai, mais par pour tous. Pour quelques uns, il s’agit même d’un petit projet indispensable. C’est du moins ce que nous raconte celui qui est l’origine d’une des plus belles « success story » à la bretonne, le patron d’une franchise de la viennoiserie

http://www.ouest-france.fr/louis-le-duff-sinterroge-sur-s...

NDDL. Louis Le Duff s'interroge sur son siège social à Rennes

Certains commencent déjà à protester en disant qu’il nous fait du chantage à l’emploi, mais il ne s’agit pas de cela ou du moins pas uniquement. Pour ce monsieur à l’embonpoint financier particulièrement doré, ce ne sont pas tellement les emplois qu’il pourrait ou non créer à rennes qui lui importe mais son confort personnel. En effet, cela fait belle lurette que les emplois qu’il se vante de créer le sont en dehors de la Bretagne et même en dehors d’Europe aux Etats-Unis ou en Chine. Imagine-t-on, toutes proportions gardées , le fondateur d’une chaine de fast-food dont le nom commence par un M et finit par un D, faire du chantage à l’emploi concernant le maintien de son siège social aux Etats-Unis ? Ces gens ne connaissent plus les Etats, puisqu’ils sont dans tous. Ils vont ainsi d’un pays à l’autre et pour cela ont besoin d’un aéroport à proximité qui puissent les mener partout dans le monde. Mais combien sont-ils de cette catégorie, pour justifier que la collectivité dépense autant d’argent pour leur confort ?

L’argument des clients avancé par le même mérite qu’on s’y arrête un peu. En effet, qui sont-ils ces fameux clients d’un franchiseur et surtout combien sont-ils ? Leurs cohortes sont peut-être de nature à alimenter un petit flux de vols « d’affaires » qui gonflerait bien les statistiques de l’aéroport de Rennes, ou du TGV Paris-Rennes mais ne justifierait pas que la collectivité dépense autant d’argent pour leur confort ?

Et puisqu’on parle des patrons bretons qui ont réussi, j’ai envie de mettre en parallèle les déclarations de Monsieur Le Duff avec celles d’un autre patron qui a réussi, Jo Le Mer. En général, j’étais plutôt critique à son égard surtout depuis que l’entreprise qu’il avait créée, était passée sous le contrôle d’un fonds de placement américain. 

http://www.letelegramme.fr/economie/sermeta-jo-le-mer-fut...

Sermeta. Jo Le Mer, futur actionnaire majoritaire

Il reprend la main avec la ferme volonté de développer les sites bretons et à tout le moins préserver les emplois à Morlaix et dans le Trégor.

Lui aussi a des centaines de clients dans le monde entier dont certains auront besoin de venir le voir à son siège social à Morlaix. Pour eux, on ne voit pas vraiment l’intérêt d’aller à un aéroport situé dans le bocage nantais. S’ils viennent d’Europe de l’Est, d’Asie ou d’Amérique, il vaut mieux qu’il prennent un avion vers Roissy ou Orly puis un vol vers Guipavas ou à défaut le TGV vers Rennes puis Morlaix. L’intérêt des industriels bretons, ceux qui créent des emplois en Bretagne est plus le développement de l’aéroport de Brest-Guipavas ou le renforcement de la desserte TGV sur les deux lignes (Paris-Quimper ou Paris-Brest).

C’est une des conditions de mise en œuvre du slogan « vivre, travailler et décider au pays »

Bonnet rouge est Notre Dame des Landes sont donc incompatibles. Ce n’est pas la moindre des contradictions de ce mouvement qui a du mal à se trouver une cohérence.

 

Quant aux autres, et je ne vise là que quelques ploutocrates, dont le patrimoine est réparti dans le monde entier, mais surtout hors de Bretagne, leur véritable slogan serait plutôt « vivez au pays si vous voulez, travaillez au pays si je le veux et de toute façon c’est moi qui décide ». Pour eux NDDL est un projet symbolique de leur modernité mais c’est avec notre argent qu’ils veulent se le payer. Bonnets Rouges ?Non, B… dorée.

12/03/2014

Ils se foutent de nous :" Merci du coup de main au revoir et à la prochaine fois !"

Rappelez-vous en 2008, les banques étaient aux abois et le Président de l’époque, à défaut d’avoir sauvé le monde et la démocratie, les avaient sauvées d’une faillite en cascade sans demander de contrepartie. Sauvetage de courte durée puisque moins de deux ans plus tard, il apparaissait que ces miraculées avaient été en fait de dangereuses irresponsables en s’engageant de façon très inconsidérée dans la dette souveraine de nombreux Etats. Nouveau sauvetage grâce à la troïka et au sacrifice délibéré du peuple grec. Mais voilà, c’est du passé et tout est oublié. On repart à zéro

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0203325596775-le-credit-agricole-renoue-avec-les-benefices-des-annees-fastes-651525.php?xtor=EPR-100-[NL_8h]-20140219-[s=461370_n=3_c=306_]-1681742@2

Le Crédit Agricole renoue avec les bénéfices des années fastes

Comme dit la chanson « Non, rien de rien, non  je ne regrette rien… »

Après tout qu’une banque renoue avec le bénéfice après avoir sévèrement épongé ses pertes, rien de plus normal dans une entreprise bien gérée. Que cela se fasse aussi vite et avec une telle ampleur (passer de -3.8 Mds à + 5.14 Mds, cela fait quand même une amplitude de 9 Milliards d’euros, de quoi faire tourner le ministère de la justice pendant un an), c’est déjà plus surprenant et pour ne pas dire un peu suspect.

Mais distribuer 35% du résultat aux actionnaires, c’est un peu se foutre de la gueule de tous les pouvoirs publics qui ont permis avec des fonds publics un redressement aussi spectaculaire.

 

Tiens au fait, puisque cette banque fonde sa nouvelle publicité sur son statut coopératif, qui sont ces fameux actionnaires qui vont toucher 35 centimes par action ?